–  Autour de la nuit du destin (laylatu Al Qadr) –

Comme vous le savez tous, nous sommes actuellement dans les dix derniers jours du mois de Ramadan, et, dans ses nuits, l’une d’elle est meilleure que mille mois:  » laylatu al Qadr  » que l’on peut traduire par « la nuit du destin ».   Dans l’intention de raviver plus encore notre motivation, j’ai écris cet article afin que nous puissions apprendre d’elle et sur elle, et ainsi pouvoir la vivre avec plus d’intensité et d’entrain in sha Allah. A cet effet, quoi de plus approprié que de plonger ensemble dans les profondeurs des versets où Allah le très haut l’évoque, ceux formant la sourate « Al Qadr ».   Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux

  1. Nous l’avons certes, fait descendre (le Coran) pendant la nuit d’Al-Qadr.
  2. Et qui te dira ce qu’est la nuit d’Al-Qadr?
  3. La nuit d’Al-Qadr est meilleure que mille mois.
  4. Durant celle-ci descendent les Anges ainsi que l’Esprit (Jibril) par permission de leur Seigneur pour tout ordre.
  5. Elle est paix et salut jusqu’à l’apparition de l’aube.

 

 > Présentation de sourate « Al Qadr » :

Nous pouvons communément la retrouver sous deux appellations différentes: la plus connue est sourate « Al Qadr » mais elle peut également se nommer sourate « laylatu al Qadr » (sourate la nuit du destin). Je traduis le sens approximatif du mot « Al Qadr » par le « destin » mais nous allons voir par la suite que ce mot a d’autres significations.   Elle est la sourate numéro 97 dans l’ordre du « moshaf » et elle se compose de cinq versets eux même exposés en trente mots.   Concernant son ordre chronologique de révélation, deux avis s’imposent à nous: certains disent qu’elle est mecquoise, c’est-à-dire qu’elle est descendue avant l’hégire, et plus précisément à la vingt cinquième position (c’est à dire après sourate « Abassa » et avant sourate « Ach Chams »). Pour d’autres, et selon la majorité, elle est médinoise. L’orientation de cet avis est liée au fait que cette sourate incite à passer cette nuit bénie en adoration et que le jeûne du mois de ramadan fut prescrit dans la législation islamique après la hijra.

 > Ses particularités:

Sourate « Al Qadr » est essentiellement axée autour de cette nuit bénie qu’est «la nuit du destin». De par les versets qu'elle contient, Allah Le Très-Haut nous expose ses particularités mais également les mérites qu'elle renferme. Cliquez pour tweeter   Il semble important de souligner qu’il s’agit de la seule sourate du Coran parlant exclusivement d’un temps précis. Certains penseront peut-être que c’est également le cas de sourate Al joumou’a (le vendredi), mais la différence entre les deux est que dans sourate « Al Joumou’a », Allah évoque les mérites du vendredi dans trois versets sur onze, tandis que pour sourate « Al Qadr », Allah évoque « la nuit du destin » tout au long de la sourate.

 > La signification de « Al qadr »

Très souvent cantonné à un seul et unique sens, celui du destin, nous allons exposer ici ses autres variantes linguistiques; en effet, le mot « Al qadr » a plusieurs significations en arabe.   Parmi eux, la valeur, l’honneur, le mérite et la position élevée, orientant ainsi la compréhension du nom de cette sourate par « la sublime », « l’élevée », « celle qui a un haut rang ». Ces sens sont en corrélation avec ce qu’incarne « la nuit du destin », qui est une nuit ayant beaucoup de valeur et de mérites: c’est en cette nuit sublime que La Parole Sublime du Plus Sublime fut révélée par un ange sublime à une communauté sublime, cette même nuit qu’Allah le Très-Haut a choisi pour révéler le Coran, révolutionnant ainsi le monde.   On dit aussi qu’« Al Qadr » vient du mot « Qudrah » qui signifie la puissance, ce qui a pour effet de porter au sens du nom de cette sourate  « la puissante », et c’est lors de cette nuit qu’Allah Le Très Haut nous a montré un aspect de Sa Toute-Puissance de par la descente du Coran.   On dit également qu’« Al qadr » vient du mot « Qadara » qui signifie « serré » et « étroit ». Le lien avec « la nuit du destin » est que puisque tous les anges descendent pendant cette nuit, l’espace en devient étroit.   Pour finir sur cela, « Al qadr » signifie « le destin », qui est le sens le plus connu et le plus utilisé. Cette sourate serait appelée ainsi car c’est dans cette nuit qu’Allah révèle aux anges le destin des hommes pour l’année à venir. Les anges descendent ensuite pendant cette nuit sur terre pour mettre en action ses ordres (ibn ‘Utayyah).   Ce sens est appuyé par la parole d’Allah Le Très-Haut: {Nous l’avons fait descendre (le Coran) en une nuit bénie – Nous sommes en vérité Celui qui avertit,durant laquelle est décidé tout ordre sage] (sourate Ad Dukhan V. 3 et 4). Allah est plus Savant.

 > Comprendre la sourate :

{Nous l’avons certes, fait descendre (le Coran) pendant la nuit d’Al-Qadr} La sourate commence par cette information majeure qui est qu’Allah Le Très-Haut a révélé le Coran pendant la nuit d’« Al Qadr ».   La valeur du Coran est exposée dans ce verset de plusieurs façons: – En utilisant ce pronom de noblesse « Nous », Allah Le Très-Haut nous informe du lien direct qu’il y a entre Lui  et le Coran. – Allah Le Très-Haut ne cite pas explicitement le mot Coran dans cette sourate mais Il le fait implicitement en utilisant un pronom (hu). Ce pronom en arabe est utilisé pour montrer la valeur d’une chose (damir ach cha’n). En arabe nous n’évoquons pas la chose directement quand elle est connue et ceci démontre par la même occasion que le Coran occupait tous les esprits au moment de sa révélation. – C’est du fait que le Coran fut révélé lors de la nuit du destin qu’elle a une telle valeur et une telle bénédiction.

… Arrêtons-nous un instant sur la question de la révélation du Coran :

Allah  Le Très-Haut  nous explique dans cette sourate qu’Il a révélé le Coran pendant cette nuit bénie, or, nous savons tous qu’il a été révélé sur une période de vingt-trois ans…alors comment répondre à cette ambiguïté ?   Pour ce faire, il nous faut revenir au sens donné par la belle langue arabe, (notons par la même occasion l’importance qu’elle revêt particulièrement pour le Coran ).   ll y a une nuance importante entre les deux verbes qui sont « anzala » et « nazzala » signifiant tous les deux « révéler » ou « faire descendre ». La nuance est que le verbe « anzala » cité dans sourate « al qadr » signifie  » faire descendre d’un coup, en une seule fois « , alors que nazzala, cité dans d’autres versets, signifie faire descendre petit à petit pendant une longue période ».   Ibn Abbas (qu’Allah l’agrée), ce grand compagnon reconnu pour sa science nous explique que le verset 1 de sourate « Al Qadr » { Nous l’avons certes, fait descendre (le Coran) pendant la nuit du destin (d’Al-Qadr)} fait référence à la descente du Coran du septième ciel et plus précisément de la table gardée (al lawh al mahfoudz) au premier ciel, la demeure de la puissance (bayt al ‘izzah). Rapporté par al Hakim, et ceci est l’avis de la majorité des compagnons et exégètes.   D’autres tel que Ash Sha’bi (qu’Allah lui fasse miséricorde) nous disent que ce verset fait référence au début de la révélation du Coran avec la révélation des cinq premiers versets de sourate « Al Alaq » l’adhérence.   Ce qui est intéressant c’est que l’on peut regrouper les deux avis en disant que le Coran a été descendu en une seule fois au premier ciel pendant la nuit d’« Al Qadr » et que pendant cette même nuit a commencé la révélation du Coran au prophète ﷺ pour se poursuivre graduellement sur une période de vingt-trois ans.   { Et qui te dira ce qu’est la nuit d’Al-Qadr?} Ce verset a pour but d’amplifier la valeur de cette nuit bénie. (Ach cheikh As sa’di qu’Allah lui fasse miséricorde).   {La nuit du destin (d’Al-Qadr) est meilleure que mille mois}   La valeur de cette nuit est tellement immense qu’elle est meilleure que mille mois. Ces autres mois, qui même réunis tous ensemble, ne contiennent pas un seul équivalent de ce qu’incarne « la nuit du destin ».

Ach cheikh As Sa’di, qu’Allah lui fasse miséricorde, nous dit : « L’adoration réalisée dans la nuit d' »Al Qadr » est meilleure qu’un acte réalisé pendant mille mois ». (tafsir As Sa’di).

Certains savants prennent les mille mois au sens propre, c’est-à-dire quatre-vingt trois années et quatre mois, pendant que d’autres pensent que cette expression signifie que cette nuit est meilleure qu’une vie entière, ou bien encore, meilleure qu’une longue période.   Allah Le Très-Haut nous dit dans ce verset que cette nuit est meilleure que mille mois, mais Il ne nous indique pas de manière quantitative sa supériorité sur cette si grande période. Est-elle deux fois meilleure que milles mois, dix fois, cent fois… ?… Allah est plus Savant, et ce que l’on sait, par Sa Miséricorde, c’est qu’il y a une énorme récompense dans cette nuit. Vas-tu la passer en dormant ou vaquant à des occupations stériles ?     {Durant celle-ci descendent les Anges ainsi que l’Esprit (Jibril) par permission de leur Seigneur pour tout ordre}. Allah  Le Très-Haut  donne cette nuit là la permission aux anges de cesser momentanément leurs fonctions principales et de descendre sur terre afin d’honorer les serviteurs qui  sont en adoration. Parmi les anges qui descendent, il y a Jibril, paix sur lui,  qui avait l’habitude de venir sur terre afin de transmettre les livres divins aux différents prophètes. Après la révélation du Coran, il n’avait plus de raison de descendre sur terre, mais Allah Le Très-Haut le lui a permis une fois par an, subhan’Allah ! Jibril descend pendant cette nuit et toi tu dors ?!! On rapporte également qu’un tabi’i se parfumait et se préparait tous les soirs pendant les dix dernières nuits du mois de Ramadan. Quand on lui demanda pourquoi, il répondit : « Je fais tout cela pour accueillir Jibril ». Un autre demandait dans ses invocations la protection contre le fait de dormir pendant la nuit ou Jibril descend sur terre.   {pour tout ordre} : pour réaliser tout ordre prévu par Allah Le Très-Haut dans l’année à venir (tafsir al Mouyassar).   {Elle est paix et salut jusqu’à l’apparition de l’aube} Dans cette nuit il n’y a pas de mal, il n’y a que du bien du coucher du soleil à son levé. (As sa’di).   Il a été dit également que le mot « salam » (paix) dans ce verset signifie un ordre, comme, à titre d’ exemple, lorsque le professeur dit à ses élèves « Silence » ! Allah nous donne l’ordre d’arrêter toute dispute, toute querelle pour se consacrer à son adoration avec un cœur apaisé.   Nous voyons dans ce passage La Très Grande Miséricorde d’Allah, car le début de la révélation du Coran n’a duré qu’une partie de la nuit du destin, mais Il nous l’a rendu bénie du début à sa fin, afin que nous puissions multiplier nos adorations en nous offrant un laps de temps plus important à cette occasion.

     > Quelques interrogations:

 

Pourquoi Allah Le Très-Haut  a-t-il caché la date précise de la nuit du destin?

Nous savons que la nuit du destin se trouve dans les dix dernières nuits du mois de Ramadan, de même que nous savons qu’il est plus probable qu’elle se trouve dans une nuit impaire. Nous l’entrevoyons de manière plus précise encore de par des hadiths indiquant qu’il serait plus probable qu’elle se trouve (selon l’ordre de probabilité) dans la nuit du 27, puis du 29, puis du 25 puis du 21 puis du 23.   En islam, tout ce qui est précieux et sublime est caché. Il est en est ainsi pour le jour dernier, pour Le Nom Le Plus Sublime d’Allah (al ism al a’dzam), puis, et ceci est notre sujet du jour,  la nuit du destin…   Il y a là aussi une Miséricorde pour les croyants qui passent cette nuit-là dans l’insouciance ou à dormir. En effet, si l’on connaissait avec exactitude le moment de cette nuit et que des musulmans n’y prêtaient pas attention alors qu’ils savent, la gravité de ce péché serait multipliée. Une autre démonstration de Miséricorde est que cela incite les musulmans a augmenter les bonnes actions et le sens de l’effort pendant les dix dernières nuits du Ramadan et afin qu’ils ne les restreignent pas à une seule nuit.

 – Miracle numérique dans le coran qui pourrait confirmer que la nuit du destin est bien celle du 27 –

[ Je précise que ceci n’est pas une preuve mais un effort intellectuel de certains savants ]   Le nombre de mot dans sourate « Al Qadr » est de trente, comme le nombre moyen de jour d’un mois. Le mot « hiya » signifiant « elle », et qui fait référence à la nuit du destin est le 27 ème mot.

D’autre part, il est rapporté qu’Abdallah Ibn Abbas (qu’Allah l’agrée) a dit : « Le nombre de lettre dans l’expression « laylatu al qadr » est de neuf. Cette expression est répétée trois fois. Si l’on multiplie 9 par 3 on tombe sur 27.

Allah est le plus savant.

     > Est ce-que Allah Le Très-Haut a donné des signes pour reconnaître la nuit du destin ?

Oui, cette nuit bénie a des signes indicatifs qui ne se cumulent ni ne se reproduisent forcément d’une année à l’autre, parmi eux :   – Le soleil qui succède à cette nuit n’aura pas de rayons à son lever – Cette nuit sera une nuit tempérée, ni trop chaude ni trop froide – Pendant cette nuit, il n’y aura pas d’étoile filante – une sérénité particulière, spéciale nous touchera, {Elle est paix et salut jusqu’à l’apparition de l’aube}     Voilà pourquoi, mon frère, ma sœur, il est important de faire des efforts pendant ces dix dernières nuits, notamment les nuits impaires.   Comme le disent certains : « les vingt premiers jours du mois de Ramadan sont un entrainement pour les dix derniers, qui sont eux même un entrainement pour la nuit du destin »…   Tout ce mois est un cadeau de par cette nuit pleine de valeur et de la plus haute importance, elle qui a vu descendre jadis le miracle qu’est le Coran.

> Comment mettre en pratique et vivre cette sourate?

En portant dans nos actes et en nos cœurs la valeur qu’a cette nuit et en adoptant avec le Coran le comportement adéquat. Durant cette nuit, il nous faut multiplier les adorations, comme la lecture coranique, entre autres, et aussi nous repentir en reconnaissant nos pêchés, en nous humiliant devant L’Accueillant au Repentir, implorer et espérer Son pardon.   En invoquant Allah  Le Très-Haut, et en répétant particulièrement cette invocation : (Allahouma Innaka ’Afoun Touhibboul ’Afwa Fa’fou’anni) car, d’après ’Aïcha (qu’Allah l’agrée) : « J'ai dit : ô Messager d’Allah, si je connais quelle nuit sera la nuit du destin que dois-je dire ? » Il répondit: « Dis : ô Allah, Tu pardonnes et Tu aimes le pardon alors pardonnes-moi ». Cliquez pour tweeter (Authentifié par Tirmidhi)   Je finirai cet article par cet autre trésor relaté dans un hadith:   Le Messager d’Allah ﷺ a dit: « Quiconque veille pieusement la nuit du destin (Laylatul Qadr) avec foi et sincérité se verra pardonner ses péchés passés. » [Bukhari et Muslim]   Je demande à Allah  Le Très-Haut de ne pas nous priver de cette nuit, qu’Il nous donne la force de L’adorer pendant cette nuit et de nous pardonner tous nos pêchés – Amin –   Allah est plus Savant.   Abdel karim

La lecture du coran est l’une des adoration préférée des musulmans (notamment pendant le Ramadan). Sur ce sujet, vous avez été beaucoup à me contacter par mail pour me demander:

« Faut-il lire le Coran rapidement sans forcément comprendre ce que l’on lit, ou doit-on lire plus lentement en essayant de comprendre et de méditer ? »

 

Pour répondre simplement, le mieux est de faire les deux . La quantité avec la qualité. Nous devons lire le Coran de la meilleure des manières.

La langue, le cœur et l’esprit doivent participer à la lecture du coran. Plus nous lisons de cette manière, mieux c’est !

Celui qui lit le Coran quatre heures en le comprenant et le méditant est meilleur que celui qui ne le lit que trois heures.

 

Par contre, si nous sommes pris par le temps et que nous devons choisir entre la qualité et la quantité, que faire?

Comme toute chose, il faut privilégier la qualité avec une lecture lente dans laquelle le lecteur cherchera à comprendre et méditer les paroles d’Allah Le Très-Haut.

Quoi !!! Le but pendant le Ramadan n’est-il pas de lire le plus ? je sais que certains se posent cette question.

Je leur réponds que non ! Le but du Coran est d’être compris et mis en pratique.

Nous rappelons que la compréhension du Coran et sa méditation sont obligatoires, ne l’oublions pas ! Alors que sa lecture est surérogatoire ! Et nous savons tous que l’obligatoire est plus méritoire que le surérogatoire.

Le Prophète ﷺ nous dit que pour chaque lettre du Coran que le musulman lit, il aura le droit à dix hassanates (bonnes actions). Imaginez-vous la récompense de celui qui comprend ces lettres et les met en pratique !

 

Je pense que certains d’entre vous veulent des preuves de ce que j’avance. Je vais vous en citer ci-dessous, issues du Coran, de la Sunna et des paroles de compagnons.

– Le Coran nous dit qu’Allah privilégie la qualité à la quantité :

Le plus important auprès d’Allah est la qualité et non la quantité. Allah nous le rappelle plusieurs fois dans le Coran, Il nous dit :

« الذي خلق الموت والحياة ليبلوكم أيكم أحسن عملا وهو العزيز الغفور »

{ Celui qui a créé la mort et la vie afin de vous éprouver (et de savoir) qui de vous est le meilleur en œuvre, et c’est Lui le Puissant, le Pardonneur} (Al Mulk V.2) [ sens rapproché et approximatif du verset ]

Puis Il nous dit :

 » إِنَّا جَعَلْنَا مَا عَلَى الْأَرْضِ زِينَةً لَّهَا لِنَبْلُوَهُمْ أَيُّهُمْ أَحْسَنُ عَمَلًا » (الكهف 7)

 

{ Nous avons placé ce qu’il y a sur la terre pour l’embellir, afin d’éprouver (les hommes et afin de savoir) qui d’entre eux sont les meilleurs dans leurs actions} (Al Kahf V.7) [ sens rapproché et approximatif du verset ]

 

Nous voyons bien qu’Allah Le Très-Haut privilégie la qualité à la quantité car il n’a pas dit par exemple : Celui qui a créé la mort et la vie afin de vous éprouver (et de savoir) qui de vous fait le plus d’actions.

 

Al Hafidz ibn Rajab (qu’Allah lui fasse miséricorde) a dit : « Les pieux prédécesseurs se recommandaient la perfection dans les actes et la qualité sans parler de quantité. Certes un acte de qualité est mieux que plusieurs actes… Cliquez pour tweeter

Le prophète ﷺ nous rappelle cette notion de qualité également, il ﷺ a dit à Mo’adh ibn Jabal : « Je te recommande de toujours dire après tes prières : Ô Allah, aide moi pour que je T’évoque, Te remercie et que je perfectionne Ton adoration » (rapporté par l’imam Ahmad)

– Allah le très haut recommande une lecture du coran lente

 

 » وَقُرْآنًا فَرَقْنَاهُ لِتَقْرَأَهُ عَلَى النَّاسِ عَلَىٰ مُكْثٍ وَنَزَّلْنَاهُ تَنزِيلًا » (الإسرء 106)

 

{(Nous avons fait descendre) un Coran que Nous avons fragmenté, pour que tu le lises lentement aux gens. Et Nous l’avons fait descendre graduellement] (Al Isra V.106) [ sens rapproché et approximatif du verset ]

 

L’imam At Tabari a dit en parlant de ce verset : « pour que tu le lises ô Mohammed lentement aux gens, que tu le psalmodies et que tu l’expliques. Surtout ne récite pas rapidement de peur qu’on ne le comprenne pas » (tafsir At Tabari).

 

Ibn Al Jawzi a dit : « Lis le lentement pour le médité ». ( Tafsir zad al masir ).

 

Allah Le Très-Haut nous dit également :

 

« وَرَتِّلِ الْقُرْآنَ تَرْتِيلًا » (المزمل 4)

{Et récite le Coran, lentement et clairement} (Al Muzammil V.4} [ sens rapproché et approximatif du verset ]

 

« La récitation ( at tartil ) est le fait de lire lentement en prononçant bien toutes les lettres. Ceci a pour but de faciliter la compréhension des sens du Coran » (fath al bari)

– Le Prophète ﷺ privilégie la qualité à la quantité :

 

Il est rapporté que le prophète ﷺ disait dans son invocation d’ouverture de la prière : « Ô Allah dirige moi vers le meilleur des actes et le meilleur des comportements. Certes, Tu es le seul à guider vers le meilleur » ( sunan an Nasa’i ).

 

Le Prophète ﷺ a dit à ‘Abdallah ibn ‘Amr : « Ne lis pas le Coran en moins de trois jours. Celui qui lit le Coran en moins de trois jours ne le comprend pas » ( rapporté par l’imam Ahmed et authentifié par Al Albani ) Cliquez pour tweeter

 

Pour savoir comment le Prophète ﷺ récitait le Coran, cliquez ici.

 

– Les femmes du Prophète ﷺ privilégiaient la qualité à la quantité :

 

Il a été rapporté à Aïcha ( qu’Allah l’agrée ) que des gens récitaient le Coran ( dans sa globalité ) une fois ou deux fois dans la même nuit. Elle a dit :

« Ils ont récité sans réciter ». Puis elle dit : « Je priais la nuit avec le Prophète ﷺ ; il récitait les sourates al Baqarah, al ‘Imran et an Nissa, et il ne récitait pas un verset mentionnant la crainte d’Allah sans demander protection à Allah ; il ne récitait pas un verset mentionnant une bonne nouvelle sans invoquer Allah et la désirer » ( le musnad de l’imam Ahmed )

– Les Compagnons ( qu’Allah les agréé ) privilégiaient la qualité à la quantité en matière de lecture du coran:

 

Aly qu’Allah l’agréé a dit : « Il n’y a aucun bien dans une adoration dépourvue de savoir, ni dans le savoir dénué de compréhension, ni dans une lecture privée de méditation » ( tafsir al Qortobi ) Cliquez pour tweeter

 

Zayd ibn Thabit a été questionné sur la lecture du Coran en sept jours. Il répondit : « C’est  bien, mais le lire en quinze  jours m’est préférable pour que je puisse le comprendre et le méditer ». ( Al mowatta ).

 

Après avoir vu tout cela nous pouvons dire en ce qui concerne la lecture du Coran que :

  • Lire beaucoup et bien ( avec compréhension et méditation ) est la meilleure des choses.
  • Si on ne peut pas, par manque de temps ou autres, on privilégiera la qualité à la quantité.

 

J’espère que cet article vous a été profitable et qu’il changera l’habitude de certains. N’hésitez pas à le partager !!!

 

Allah est Le Plus Savant

Abdel Karim

Au nom d’Allah, le tout Miséricordieux, le très Miséricordieux.

Dans le hadith suivant, le Prophète ﷺ catégorise le musulman quant à sa relation avec le Coran. Il est intéressant de lire et de méditer ce hadith pour se rendre compte de nos manquements envers le Livre d’Allah pour pouvoir nous corriger au plus vite inchaAllah.

Lire la suite

La mémorisation du coran est devenue aujourd’hui chose courante pour beaucoup de musulmans. On voit dans le monde entier des étudiants apprendre par coeur le livre d’Allah. Ces étudiants (enfants, adultes, arabophones ou non) passent une grande partie de leur vie à répéter les versets du coran jusqu’à les graver dans leurs esprits.

je vais par cet article, faire une petite comparaison entre la mémorisation du Coran à l’époque du Prophète ﷺ et la mémorisation du Coran actuelle. Lire la suite

Au nom d’Allah Le Tout Miséricordieux, Le Très Miséricordieux,

Comme tu dois le savoir, l’ordre des sourates dans le Coran ne correspond pas à l’ordre de révélation des sourates. J’ai donc voulu par ce document, t’informer de l’ordre par lequel Allah a décidé de transmettre le Coran à son dernier des prophètes, Mohammed ﷺ.

Lire la suite

Une noble adoration:

Tout d’abord, il faut savoir que la récitation du Coran fait partie des plus nobles des adorations. Il est vrai que c’était l’une des adorations préférées du Prophète ﷺ . Comme toutes les adorations, elle se compose de deux conditions:

  • elle doit être réalisée sincèrement pour Allah (l’exclusivité)
  • elle doit être conforme à la tradition prophétique.

La première condition, l’intention, est un travail personnel. Tout le monde doit travailler son intention avant de lire ou de réciter le Coran pour que cette adoration soit réalisée exclusivement pour Allah.

Pour la deuxième condition, la conformité, nous devons tous savoir comment le Prophète ﷺ récitait le Coran pour que l’on puisse le suivre dans cette grande adoration.

 

Les femmes du Prophète ﷺ nous décrivent sa récitation du Coran:

Qui de mieux peut nous décrire la récitation du Coran du Prophète ﷺ que ses Femmes (qu’Allah le très Haut les agrée) ?

Par exemple, Oum Salama (qu’Allah l’agrée) nous a dit : « le Prophète récitait le Coran verset par verset ». (Dans le sens ou sa récitation était lente)

Elle nous dit également : « Sa récitation était prolongée ».

Elle nous dit encore : « La récitation du Coran du Messager d’Allah était une récitation claire, lettre par lettre ». (Rapporté par ibn abi chaybah)

Aïcha (qu’Allah l’agrée) nous dit : « Le Prophète ne terminait pas la récitation du Coran en moins de trois jours ».

Le prophète ﷺ nous explique la raison, il a dit à ‘Abdallah ibn Amr (qu’Allah l’agrée) :

« Ne récite pas le Coran entièrement en moins de trois jours car celui qui le récite en moins de trois jours ne le comprend pas ». (Rapporté par Ahmed et authentifié par le Cheikh al Albany). Cliquez pour tweeter

 

Les Compagnons du Prophète ﷺ nous parlent de sa récitation:

Au tour des Compagnons (qu’Allah les agrée) de nous parler de la récitation du Coran du Prophète ﷺ :

Al Bara’a qu’Allah l’agrée nous dit : « J’ai entendu le Prophète réciter la sourate At Tin (l’olivier) pendant la prière du soir, et je n’ai jamais entendu une plus belle voix que la sienne ». (Rapporté par Al Bukhari).

Hudhayfa (qu’Allah l’agrée) a dit : « La récitation du Coran du Prophète était lente et calme. A chaque fois qu’Il récitait un verset dans lequel il y avait des évocations, il évoquait Allah, exalté soit-Il. Quand il récitait un verset dans lequel il y avait une requête adressée à Allah, exalté soit-Il, il la Lui adressait et quand il récitait un verset dans lequel il y avait la demande de la protection d’Allah, exalté soit-Il, Il la lui demandait » (Rapporté par Muslim).

Qatada (qu’Allah l’agrée) rapporte que Anas ibn Malik (qu’Allah l’agrée) a été questionné sur la récitation du Prophète ﷺ, il dit : « Il prolongeait les mots , puis Anas qu’Allah l’agrée récita bismillah ar rahman ar rahim en prolongeant les mots ».  (Rapporté par Al Bukhari).

Abû Dhar, qu’Allah soit satisfait de lui, a rapporté : « Le Prophète accomplit la prière nocturne en récitant un verset qu’il répéta jusqu’au matin. Ce verset est (sens du verset) : « Si Tu les châties, ils sont Tes serviteurs. Et si Tu leur pardonnes, c’est Toi le Puissant, le Sage. » (Rapporté par l’imam Ahmed). Hadith hassan (bon).

 

Ce que nous apprenons de ces hadiths sur la récitation du Prophète ﷺ :

  • Qu’il ﷺ récitait le Coran avec une belle voix,
  • Que sa récitation était lente et calme, dans la prière ou en dehors de la prière comme l’a précisé l’imam An Nawawi (qu’Allah lui fasse miséricorde).
  • Il récitait en prolongeant les mots.
  • Il répétait les versets lorsqu’il priait seul.
  • Sa récitation n’était pas seulement des mots prononcés par la langue, mais c’était une récitation du cœur et de l’esprit car il comprenait et méditait ce qu’il récitait.

 

Réciter le Coran d’une belle voix, lentement, répéter ses versets… tout cela est plus propice à la compréhension et à la méditation de ses versets. Il avait compris ﷺ que l’imam qui récite le Coran est le premier prédicateur car il transmet les versets du Coran aux gens et il n’y a pas de meilleur rappel que les versets du Coran.

 

Pour conclure,

nous voyons bien bien que notre Prophète vivait la récitation du Coran. Il comprenait et méditait ce qu’il récitait. Quand il récitait un verset qui comportait des évocations, il évoquait Allah, exalté soit-Il. Quand il récitait un verset contenant une requête adressée à Allah, exalté soit-Il, il la Lui adressait et quand il récitait un verset demandant la protection d’Allah, exalté soit-Il, il la demandait.

 

Prends une minute pour réfléchir à ta récitation actuelle, et compare la à celle de notre bien aimé ﷺ.

Puis imagine-toi réciter le Coran comme le faisait notre Prophète ﷺ.

Imagine-toi réciter le Coran d’une belle voix, lentement, calmement.

Imagine-toi réciter le Coran le jour du jugement dernier et monter dans les degrés du paradis.

Le Prophète ﷺ nous dit :

« Le jour du jugement dernier, on dira au lecteur assidu du Coran : « Lis et monte dans les degrés du paradis. Récite clairement le Coran comme tu le faisais dans le bas-monde. Ta place au paradis te sera fixée au dernier verset que tu lira ». (Rapporté par Abu Daoud et Tirmidhi).

Imagine-toi comprendre et méditer ce que tu récites. Quelle bonne sensation !

Réciter le Coran comme le Prophète ﷺ doit être notre objectif et ceci est facile avec l’aide d’Allah le très Haut, car lui-même nous dit : [En effet Nous avons rendu le Coran facile, alors, y a-t-il quelqu’un pour réfléchir]. (al Qamar v.17).

 » ولقد يسرنا القرآن للذكر فهل من مدكر « .

Ce verset se répète 4 fois dans la sourate « al Qamar» et Ibn Al Qayyim, qu’Allah lui fasse miséricorde, a dit :

« La facilité du Coran a plusieurs aspects :

  • Allah le Très Haut a facilité la mémorisation de ses mots,
  • Il a facilité la compréhension de son sens,
  • Il a facilité l’application de ses ordres et l’éloignement de ses interdits. »

 

Je demande à Allah de très Haut, qu’il fasse de nous des gens qui lisent le Coran comme le prophète ﷺ et qu’Il fasse de nous des gens qui vivent le Coran. Allahumma amine.

 

Abdel Karim.

Aujourd’hui, nous observons une augmentation des « huffadz » (personnes ayant mémorisé le Coran), al hamdulillah. Nous voyons également que la communauté musulmane (individus et associations) fournit beaucoup d’effort concernant la mémorisation du Coran. En effet, il est devenu ordinaire, dans le monde entier, que les enfants et adultes musulmans mémorisent le Coran.

Jusqu’à maintenant vous vous dites que c’est bien et qu’il y a un retour à la religion et au Coran.

Je suis d’accord avec vous. Là où je ne suis plus d’accord c’est lorsque la mémorisation du Coran devient un but alors qu’elle n’est à la base qu’un moyen de comprendre et mettre en pratique le Coran.

Ibn Al Qayyim (qu’Allah lui fasse miséricorde) a dit à propos du Prophète ﷺ :

« Son intérêt pour la transmission du sens du Coran était plus important que son intérêt pour la simple récitation de ses mots et telle est la méthodologie à suivre. En effet, la transmission du sens du coran est le but de sa Révélation alors que ses mots ne sont qu’un moyen qui nous aide à atteindre ce but ». (résumé du livre « les foudres envoyées » p 99)

Nous voyons que le Prophète ﷺ avait fait de la récitation, de l’étude des règles de tajwid et de la mémorisation du Coran un moyen qui nous amène à atteindre le but ultime du Coran qui est sa mise en pratique.

Il nous dit également à propos des Compagnons : « Ils ont appris du Prophète ﷺ les « mots » du Coran ainsi que son « sens ». Leur intérêt pour le « sens » du Coran était plus grand que leur intérêt pour ses « mots ». Ils apprenaient en premier les sens du Coran ensuite ils apprenaient ses mots pour consolider son sens » (résumé du livre « les foudres envoyées »).

Cheikh al Islam Ibn Taymiyyah (qu’Allah lui fasse miséricorde) a dit:

« Ce qui est demandé, en ce qui concerne le Coran, c’est la compréhension de son sens et sa mise en pratique. Si cela n’est pas l’objectif de celui qui le mémorise, il ne fait pas partie des gens de science ni des gens du savoir, même s’il a mémorisé tout le Coran ou une grande partie. Apprendre ce qu’il comprend du Coran est mieux que de réciter ce qu’il ne comprend pas ».

 

Aujourd’hui, nous voyons que le rapport entre le but et les moyens est totalement inversé. La majorité des efforts fournis dans l’enseignement du Coran et son apprentissage concernent les moyens et non les buts. Nous avons des cours de récitation, de psalmodie et de mémorisation du coran, alors que les cours de compréhension et de mise en application du Coran sont quasi-inexistants, à tel point que nous sommes devenus des gens qui lisent le Coran pour lire et non plus pour comprendre ni mettre en pratique. La mémorisation est devenue notre but ultime, alors qu’auparavant, ce n’était qu’un moyen.

Al Foudayl ibn ‘Iyad qu’Allah lui fasse miséricorde a dit :

« Allah a révélé le Coran pour qu’il soit mis en pratique. Malheureusement les gens ont pris sa récitation comme seule pratique ».

Tous les Compagnons faisaient partie du groupe privilégié des « adeptes du Coran » (ahl al quran) ; ceci ne veut pas dire qu’ils l’ont tous mémorisé mais ceci veut dire qu’ils le mettaient tous en pratique. Aujourd’hui nous vivons l’inverse, nous nous concentrons sur les moyens à tel point d’en oublier les buts.

Nous avons pris comme le dit Al Foudayl (qu’Allah lui fasse miséricorde) la récitation du Coran pour seul acte d’adoration.

Il existe des cours d’exégèse du Coran (tafsir). Malheureusement, ils sont rares et se limitent à la théorie. Ils ne donnent pas naissance à une pratique quotidienne du Coran ni à un changement de comportement ni de caractère. Par ailleurs, après la mémorisation, alors qu’ils seraient beaucoup plus bénéfiques avant la mémorisation. En effet celle-ci reste un moyen alors que leur application est un but. De plus, il est beaucoup plus simple de mémoriser une chose que l’on comprend et applique.

 

Qu’Allah ne compte parmi les adeptes du Coran, ceux qui le mettent  en pratique. Amin

 

Abdel karim, « vivre le coran ».

Le Coran qu’est-ce que c’est? T’es-tu déjà posé cette question ?

La question peut paraître simple, mais après avoir questionné mon entourage (musulmans et non-musulmans), j’ai constaté que les réponses étaient en général incomplètes et réductrices.

Avant de te donner la définition exacte du Coran, je te fais part des réponses que j’ai collecté lors du sondage « le coran qu’est-ce que c’est? » que j’ai réalisé.

En première position, nous avons la réponse suivante : « le Coran c’est le livre des musulmans ».

Puis : « Le Coran c’est le livre saint », « le Coran c’est la parole d’Allah le Très Haut », « c’est le livre qu’a reçu le Prophète Mohammed ﷺ ».

Ensuite nous avons les « je ne sais pas trop », « euh… comment dire… ».

Toutes ces réponses incomplètes nous prouvent, que nous avons du mal à définir le mot « Coran ».

 

Quelques éléments importants avant la définition:

Avant de répondre à la question  » le coran qu’est-ce que c’est? » je vais t’expliquer d’où vient le mot « Coran » et qu’est-ce qu’il veut dire.

 

Pourquoi appelons-nous le livre d’Allah « Coran » ?

La réponse est simple : car c’est Allah le très haut, lui-même, qui l’a nommé ainsi environ 70 fois dans le Coran. A titre d’exemple :

{Le mois de Ramadan au cours duquel le Coran a été descendu comme guide pour les gens, et preuves claires de la bonne direction et du discernement}. (Al Baqarah v. 185).

{Et quand on récite le Coran, prêtez-lui l’oreille attentivement et observez le silence, afin que vous obteniez la miséricorde (d’Allah)}. (Al A’raf 204).

{Lorsque tu lis le Coran, demande la protection d’Allah contre le Diable banni}. (Les Abeilles 98).

Notre Prophète bien-aimé ﷺ l’a également nommé ainsi, il nous dit ﷺ: « Lisez le Coran car il viendra le Jour de la résurrection en intercesseur pour les siens ». (Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°804).

 

L’origine du mot « Coran »:

Nous savons que le mot « Coran » n’est pas français, mais alors de quelle langue vient-il et que signifie-t-il?

Le mot Coran est arabe. C’est plus précisément le nom d’action de la racine « QARAA », qui signifie « assembler » et « lire ». Le mot Coran veut donc dire « la lecture » et «l’assemblage ». Pour faire court, le Coran est un assemblage de mots que l’on lit (un livre).

Pour les musulmans, le Coran qu’est-ce que c’est? :

  • Le Coran est avant tout le message d’Allah à l’humanité (lien).
  • C’est aussi un livre, le meilleur des livres qui a été révélé au meilleur des Prophètes Mohammed ﷺ par le meilleur des anges Jibril, sur une période de 23 ans.
  • Le Coran est également la source principale de l’islam avec la Sunna.
  • C’est aussi la législation islamique. Par «législation islamique», nous entendons le code qui régit notre vie religieuse, privée et publique, individuelle et sociétale.

 

Définition du mot « Coran »:

 

Nous retenons de cette définition 5 points importants :

  • Le Coran est la parole d’Allah. Ceci exclut toutes les autres paroles telles que la parole d’un ange, d’un Homme (prophète ou non).
  • Transmis au prophète Mohammed ﷺ. Ceci exclut les autres livres divins révélés aux Prophètes précédents tels que la Torah révélée à Moussa et l’évangile révélée à Issa (que le salut d’Allah soit sur eux).
  • Ces mots arabes et son sens émanent d’Allah le très haut. Ceci exclut les hadiths divins, dont le sens vient d’Allah le très haut mais ses mots émanent du Prophète ﷺ.
  • Transmis de façon notoire (mutawatir). Cela signifie qu’il nous a été transmis par un grand nombre de personnes de génération en génération.
  • C’est le miracle éternel du prophète ﷺ : en effet, Allah a attribué à tous les prophètes un ou plusieurs miracles. Le Coran fait partie des miracles qu’Allah le très haut a donné au prophète Mohammed ﷺ. Il est différent des autres miracles car il est moral et éternel contrairement aux autres qui sont en général matériels et temporaires.

C’est également un miracle littéraire. Les Arabes à l’époque du Prophète excellaient dans la langue arabe, notamment dans la poésie. Cependant, même s’ils se sont beaucoup opposés au Prophète ﷺ pendant de nombreuses années, ils se rendirent compte qu’ils ne pouvaient pas concurrencer l’éloquence littéraire du Coran.

Le Coran est bien plus qu’un simple «miracle littéraire». Il est miraculeux notamment grâce à la cohérence de tout son texte, sa précision scientifique, sa précision historique, ses prophéties réalisées, sa conservation précise, son caractère magnanime, ses lois sages, et l’effet qu’il a eu et a encore dans la réforme et l’évolution des êtres humains.

  • Sa lecture est une adoration : je laisse notre Prophète bien aimé ﷺ nous en donner les détails :

D’après Ibn Mass’oud (qu’Allah l’agrée), le Prophète ﷺ a dit: « Celui qui lit une lettre du livre d’Allah a pour cela une bonne action et la bonne action compte 10 fois. Je ne dis pas que Alif Lam Mim est une lettre mais Alif est une lettre, Lam est une lettre et Mim est une lettre ». (Rapporté par At Tirmidhi et authentifier par le Cheikh Al Albani).

 

Les paroles suivantes nous ont également été rapportées du Prophète ﷺ :

  • « Le jeûne et le Coran intercéderont pour le serviteur le jour du jugement. Le jeûne dira : Seigneur! Je l’ai empêché de manger et d’assouvir ses envies, donc permets-moi d’intercéder en sa faveur ; et le Coran dira : je l’ai empêché de dormir la nuit, donc permets-moi d’intercéder en sa faveur ; ils intercéderont alors en sa faveur. » Ce hadith est rapporté par Ahmed

 

  • On dira, le Jour de la Résurrection, à celui qui récitait le Coran :

« Récite et monte comme tu récitais en psalmodiant dans le bas monde. Ta place sera là où tu réciteras le dernier verset que tu connaisses » ».

 

Maintenant que tu sais ce qu’est le Coran, demande à Allah le très Haut qu’Il te rapproche du Coran, qu’Il t’aide à le lire, à le méditer et le mettre en pratique.  Allah le très haut est capable de tout.

Quelle est belle la vie d’un Homme qui a pour compagnon le Coran.

Allah est le plus savant.