La mémorisation du coran est devenue aujourd’hui chose courante pour beaucoup de musulmans. On voit dans le monde entier des étudiants apprendre par coeur le livre d’Allah. Ces étudiants (enfants, adultes, arabophones ou non) passent une grande partie de leur vie à répéter les versets du coran jusqu’à les graver dans leurs esprits.

je vais par cet article, faire une petite comparaison entre la mémorisation du Coran à l’époque du Prophète ﷺ et la mémorisation du Coran actuelle.

La mémorisation du Coran: de l’époque du Prophète ﷺ à aujourd’hui.

A l’époque du Prophète ﷺ, lorsque l’on parlait de préservation ou de mémorisation du Coran (hifdz) on comprenait la préservation de ses mots avec la mémorisation par coeur et  la préservation de son sens avec l’explication, la méditation et la mise en pratique.

Aujourd’hui lorsqu’on parle de mémorisation du Coran (hifdz), on se contente de la préservation de ses mots (mémorisation) et de sa récitation (pour savoir comment le prophète ﷺ récitait clique ici)  mais nous délaissons sa compréhension, sa méditation et sa mise en pratique.

 

Quelques exemples décrivant le concept de mémorisation du Coran à l’époque Prophétique

Il est rapporté qu’une délégation est venue voir le calife ‘Omar ibn al Khattab (qu’Allah l’agrée). Ils lui ont dit : « Parmi nous, il y a une personne qui a mémorisé le Coran en entier », ‘Omar (qu’Allah l’agrée), le récompensa par des cadeaux. L’année suivante, la même délégation est venue avec 700 personnes ayant mémorisé le coran ; ‘Omar qu’Allah l’agrée, ne les récompensa pas et dit : « J’ai peur qu’ils ne le comprennent pas ». Anas (qu’Allah l’agrée) a dit : « L’intérêt principal des savants est la compréhension alors que l’intérêt principal des faibles d’esprits est la narration ». Cliquez pour tweeter

 

 

Ibn Taymiyyah (qu’Allah lui fasse miséricorde) a dit :

« … et pour nous les adeptes des hadiths ne sont pas ceux qui les écoutent, les écrivent et les rapportent mais ce sont ceux qui les mémorisent, les connaissent, les comprennent et les mettent en pratique. Il en est de même pour le Coran. On reconnaît ces gens par l’amour qu’ils portent pour le coran et les hadiths et les efforts qu’ils font pour les comprendre et les appliquer».

 

Il dit également : « Ce qui est demandé, en ce qui concerne le Coran, c’est la compréhension de son sens et sa mise en pratique. Cliquez pour tweeter Si cela n’est pas l’objectif de celui qui le mémorise, il ne fait pas partie des gens de science ni des gens du savoir, même s’il a mémorisé tout le Coran ou une grande partie. Apprendre ce qu’il comprend du Coran est mieux que de réciter ce qu’il ne comprend pas ».

 

L’imam at Tourtouchy (qu’Allah lui fasse miséricorde) a dit : « Le fait de de se concentrer sur les mots du Coran en délaissant leurs sens fait partie des innovations ».

Puis il dit en commentant le verset [Ceux qui ont été chargés de la Thora mais qui ne l’ont pas appliquée sont pareils à l’âne qui porte des livres]. (al joumou’a V.5)

Il dit :

« Est concerné par ce verset celui qui mémorise le Coran parmi les gens de notre communauté, mais qui ne le comprend pas, ni ne le met en pratique ».

1 réponse
  1. Soumeya
    Soumeya dit :

    Constat autant réaliste que malheureux sur la proposition et l incarnation contemporaine dans notre approche coranique… Article essentiel qui permettra in sha Allah de placer et remettre à niveau les bases pour une science utile et bénie

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *